Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/17

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CCCLII[1]

Quant l’enperer a la novelle oïe
8250Ch’ensuç se sunt de la cité guarnie
Païne jent por querir l’envaïe,
Lor ne dist mot si fu mese finie,
Mai si reclame Diés e sante Marie
Ch’anchoi li facent e secors e aïe.
8255Pres Ite missa e che Deus s’amercie,
Quant l’arcivesche dit : « Deus vos beneïe »,
Nostre emperer a ses barons escrie :
« A le nom Deus e de la Vergen pie,
« Tost vos aleç armer, ma baronie,
8260« Che la bataile quirent la jent ahie ;
« Hui poroit estre nostre guere complie.
« Or i para chi ame civalerie,
« Che conquirons honor e signorie
« Et en aprés la parmanable vie. »
8265François l’oïrent, ceschuns s’an homelie ;
Tot li plus feible nostre sir Deus mercie ;
Armes vunt prandre, nel funt en gaberie.

CCCLIII[2]

Quant sunt armés, si s’aastent dou monter ;
O triés le rois se vunt tuit asenbler.
8270158 bTant confenons veïsez baloier,
Tantes baneres, tant penons venteler,
Oubers luisir et eschuz flamboier
E ces cliers heumes vers le hair stanceler.
Sot ciel n’ait home tant redote son per,

  1. — 8252 mort — 8256 dit deus dit uos bonoie — 8267 Armer
  2. — 8271 penos — 8274 Sol ciel nait h. che.