Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/167

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

E Rolant dist : « Jel sui por contredir,
« Qe, por Machon che tut devons servir,
« Home por droit non doit famme tolir
12420« Outre sun gré ne outre son pleisir.
« Au brant d’achier le me croi mantenir. »
Feit Pelias : « Se ne te faiz taisir
« Huei ta folie e de cist siegle ensir,
« Jameis ne puse joste dame geisir. »
12425Dist Sansonet, que plus non puet sofrir :
« J’ai maintes foiz veüs homes mentir ;
« Sovant seult bien grant erguel decahir. »
Roi Malqidans va son neveu saisir ;
Lui et ses homes l’en menerent garnir.
12430Rolant remis, qi Diex puest esanplir ;
Dist que non veult ni mangier ni dormir
Tant q’il vera la bataile finir.

DXXXVI[1]

Oï avés comant li dui vasal
Sunt enguajei de bateile campal
12435E menacei cum enemi mortal.
Le dus Rolant remis ou trief real,
241 aEnviron lui mant baron principal ;
Por man le tient le fil a l’amiral.
E Pelias s’en revient autretal
12440Il e ses oncles, le vellart desloial,
Davant lor trief, par desoz un onbral
D’une cortine qe fu d’un cler cendal ;
Luec furent aporté les armes por ingal
Et amené le bien corant cival.
12445Iluec s’adobe le Paien criminal.

    — 12417 E r. iel sui dist — 12419 famine t. — 12423 H. la f. — 12428 nasõ n. s. — 12429 L. & les h. — 12431 D. qui n.

  1. — 12438 P. la man la t. — 12440 uelellart d. — 12442 une onbral — 12444 bien manque.