Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/166

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

12390Comant les manbres i respondent d’entor.
« Diva », feit il, « me seroit il honor
« Quant a fil d’oume qui viquist de labor
« Moi combatisse ne seul monstrasse hiror
« De qant menaces il feisist tut un jor ?
12395« Qant che dit ais pardon et plus ancor.
« Mais bien soit cert le roi Persianor
« Q’ancois q’il soient refloris li aubor,
« Asés voudroit de teil ou de meilor
« Come tu is a fuïr son pior.
12400« S’en tut son reigne remandra une tor
« Que non soit arse dou pié jusque desor,
« Murs abatus, bruslei citei et bor,
« Donc moi confonde le Diex superior.
« De toi di jé que, avant l’oscuror,
12405« Ferai te apendre a loi d’uns robeor ;
« Leise m’aler a prendre mes ator. »
Ce dit Rolant : « De si grant vanteor
« N’oï chanter nus home a jugleor.
« Alé vos en ; ja n’en fuirai des or ;
12410« Mais si me dit le cors et le volor
240 b« Qe vos ferai encué une paor
« Q’en vostre vie non l’eüstes greignor. »

DXXXV[1]

Le fiers, le fort Pelias par aïr
Devant Soldan ala son guant oufrir
12415E dist : « Je jur sor le Alakibir,
« Rois, qe ta file est daigne de morir. »

    — 12395 Q. che dites ais — 12402 cicei erbor — 12403 Dõt — 12405 te manque — 12406 apẽdre — 12408 Noi canther — 12409 iamen f.

  1. — 12413 le forte p. p. hair — 12414 D. soldaz o. so g. — 12415 ala ribir ; cf. le v. 3627 où Alababir doit être corrigé probablement en Alakibir.