Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/164

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
DXXXII[1]

Tost qe le roi sa parole fini,
D’ester ne garde, li sire en piez saili.
« Sire », feit il, « estez ; veez moi ci :
« De la bataile sui tot prest et garni.
12340« Miellz aim morir qe le feit aile ensi. »
Dist roi Clador : « Tot autreteil vos di. »
La file au roi, Dionés respondi,
Q’au pié son pere se gita e standi :
« Je vos claim, sire », dist ille, douz merci.
12345« Ne consentez le mien cors soit leidi
239 b« Ne le vostre mort por moi autresi.
« Soufrez, douz pere, por l’autisme Jovi,
« Que cil estrainge, q’est armei e garni,
« Ne soit encui en vestre cort honi.
12350« De la bataile primeremant s’oufri :
« Sor lui voudroie qe cist feit fust basti,
« Qe mielz formei home de lu ne vi.
« S’il ert vanchus, a la mort mi outri,
« Que moi meiesme m’oucirai d’un espli.
12355« Mais cist ert le home, dou tot le croi de fi,
« Q’envoiés est da divine merci
« Por nous servir et por eidier celi
« Que, s’il n’i fust venus oi cestui di,
« Doutant le pere qe mais l’angenoï. »

DXXXIII[2]

12360Quant a ce dit la pulcele ou chef blois,
Plorer a feit plus de quarante trois

  1. — 12336 T. qe sa p. le roi f. — 12337 Deser — 12341 clados — 12345 Ne cosentez — 12346 En le ũre m. — 12347 autissime i. — 12348 garnei — 12349 corte — 12350 En la bata — 12351 cist feist — 12354 mo meiesme — 12357 P. nou s.