Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/163

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

12310« De la bataile de bone volunté,
« E proverai por vive verité
« Que mariage qui se feit contre gré
« D’om ni de fame revelle la loi Dé.
« N’en dirai plus, qar dit en ai asé. »
12315Atant se taist, mais n’est mie crolé
De son estant, tant ni quant remüé.

DXXXI[1]

Des......................................................
Que la bataile prist Davi a Golie,
Quant tel mervoile en oit la gient antie,
12320Ne fu tenue si tres grant estoutie,
239 aTot ce qe Diés li an fus en ahie,
Com les Persans e l’autre baronie
Tienent merveile dou duc e grant folie
Quant est ardis que Pelias desdie.
12325Le roi Soldan i dist grant cortoisie :
« Biaus ami frere, ce non ferés vos mie.
« Encor n’avez une tot seule fie
« Mengié a ma cort ni pris oubergerie :
« Trop me seroit tenu grant vilonie.
12330« Mais, por cil Diex qi tot a en bailie,
« Ains qe ma file perde membre ni vie,
« Conbatrai moi, q’ai la barbe florie ;
« Encué me croi, ains hore de complie,
« Teil qi trop parle tenir boche serie,
12335« Se Diex, qi est droiz, ne le me contrelie. »

  1. — 12317 Des le meruoile en oĩt la giẽt ancie ; sauf les deux premiers mots, ce vers reproduit le v. 12319 ; il y a là une étourderie du scribe à laquelle on ne pourrait remédier qu’en usant de divination pour retrouver le v. 12317 — 12319 meruolie, aĩcie — 12320 estoutre — 12321 enachie — 12323 mervelie — 12324 pelias desoie — 12333 E. me c. ferir — 12334 seree.