Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/160

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
DXXVIII[1]

« Oï avés », dist Sanson, mon signor :
12230« Por solemant qe non veult ma seror
« Cist viel roi prendre par nul terains honor
« El refusa, qe l’oïrent ploysor,
« Cist rois veliarz en est pris teil eror
« E cil son niés q’a tut nos feit paor
12235« Dou menachier qe vos oïstes or.
« Ne voulent prendre de li nul autre acor
« Fors de li ardre, seul por feir desenor
« Al roi mon pere e tut si seguior.
« N’est donch merveille s’est mon pere en dolor
12240« Quant il non a un tot seul servior
« Qe por deffandre son droit en ait socor,
« Car tant doutent de celui la valor,
« Qi est des preus deca la mer la flor,
« Q’il n’i a nul de toz, grans ni menor,
12245« Se Pelias le clamast traditor,
« Q’il non disist : « Biau sire, c’est bien vor. »
Rolant respont : « Ensi font li pastor
« Des foibles bestes qi lor peisent entor. »

DXXIX[2]

Le frans dus panse, si tient le chief en bais ;
12250Sovant se dit en suen cuer : « Que ferais ?
« Mout is honi se ci non combatrais. »
Pués dist a Senses : « Biaus dous ami, tu m’ais

  1. — 12229 Diaues — 12230 qi non — 12231 prẽder — 12235 hoistes — 12236 ator — 12237 adre s. p. feit d. — 12238 segnor — 12239 doch — 12240 nõ ua un — 12241 ait sõ cor — 12244 Qilma — 12248 qi fu p. e.
  2. — 12249 chief e bais — 12251 M. is hom.