Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/159

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Ni i prove ben que j’ai vive raison. »
Quant a ce dit, si se garde environ
Com un senblant despiteus e felon :
Ni fu un seul qi disit oi ni non.
12205Rolant paroulle bellemant vers Sanson :
« Cist n’apris mie tut le sen Salamon.
« Dites moi, frere, qeil est or le cason
« Que manacier le feit de teil randon.
« Est il honi de feme en sa maison,
12210« O voir robei ? » E cil respondi : « Non »,
E pués se mis la man a son menton.
« Sire », dist il, « escoités a laron :
« Tot vos dirai cist feit a pont a pont. »

DXXVII[1]

Rolant escoute le fant lui declarere :
12215« Dan chevalier, ains n’oïstes retraire
« D’uns teil outraje ne si grant ni plus maire.
« Cele est ma suer, a cil paille visaire ;
« La grant paor la biautei li contraire ;
« Ambedeus somes enjendré de roi Daire.
12220« Cist rei mon pere e cil vieil Aversaire
« Encoronés com il fust un Cesaire
« Firent la guere par l’uns l’autre defaire ;
237 b« Nostre calif, qi est de Diex vicaire,
« A parlemant les conduist en Samaire.
12225« Le roi mon pere, qe fist come pecaire,
« Sa belle file li promis au repaire,
« Avoqe li troi citei en doaire ;
« Mais nulle rien n’en veult ma seror faire.

    — 12201 Ni i porie — 12202 Quat, en niron — 12207 or manque — 12209 Est il hom — 12211 mis a man

  1. — 12214 R. e. efãt — 12215 nois stes r. — 12216 plus mae — 12217 est manque.