Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/158

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Vos cuisins sunt, et je lor bienvoilant.
« Ne gardez, sire, a la faute ma enfant,
12175« Mais prenez la par iteil convenant
« De mes citei vos outroi la plus grant
« E treis des autres en doaire vos rant ;
« Pués pasons mer trestuit ensemblemant.
« Mout par est fous Carles, s’il nos atant :
12180« Vengerons nos de son neveu Rolant
« Qi tant nos veit nostre loi domajant ;
« Ja les François ne s’an iront gabant ;
« Jamais en France n’en ert uns repeirant. »

DXXVI[1]

En estant lieve, iriez come lion,
12185Le fier, le fort Pelias de Nebron.
« Soldan », dist il, « tu me tin a bricon
« Qant por escuse de la gere Carlon
« Crois delaier la nostre vengieson.
« Vois ci mon oncle et moi, qi demandon
12190237 a« Qe tu nos vangies de le grant mesprison
« Qe elle a dit dedens ton pavailon,
« Quant refusés a hui le melior hon
« Qi onche aorast Apolin ne Machon.
« N’est pas manqise de li ne de son bon
12195« Q’il n’acomençe une tele tençon
« Ne fu si grant pués qu’il ars Ylion.
« Dou tot j’entand qe elle en ait geardon.
« N’a home au segle, neïs le fil Milon,
« S’il m’an desdit soulemant un sermon,
12200« Que por bateile de lance ou de baston

    — 12174 faule — 12175 ĩteil c. — 12177 E trecis — 12180 So neueu z. — 12181 douiemãt

  1. — 12184 li ene — 12187 escuisse — 12194 mãqille — 12197 geardo — 12198 nis le f. m. — 12200 batele de l. eu de b.