Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/157

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

12145« Chevalier sui. Si est la cause alee,
« Or m’est richece en poverté tornee,
« Mais povertei non pris une deree
« Qant a vestre onbre ai ma vie amenee.
« Non veul plus dir, mais a la tumultee
12150« Sui ci venus de vestre renomee. »
Respont Soldan : « Bone l’avés contee ;
« Alés seor tant q’il ert difinee
« Une autre cose qe ma joie a troblee. »

DXXV[1]

Le roi de Perse mout regarde Rolant ;
12155Il en apelle Sansonet, son enfant.
« Bel fil », dit il, « je le vos recomant
« Tant qe seromes a fins dou jujemant. »
236 bLi damoissel, qu’il amoit fortemant,
Rolant garda, son cors e son senblant ;
12160Mout i pleisot. Tost se drece en estant ;
Dejoste lui le asis maintenant ;
Encor n’avoit ostei son garnimant.
Soldan comance : « Sire roi Malqidant,
« Ohi avés le doumaje pesant
12165« Qe avient e acidist en Espaigne la grant :
« Oncis vos a Rolant vostre parant,
« C’est Feragu, qi tant fu fort e grant.
« Or sunt les host de le Françoise çant
« A Pampellune, e croi que plus avant
12170« Iront por force les terres conquerant.
« Aiez pieté, je vos pri dousemant,
« Des fils Galafres que vos par ament tant :

    — 12149 mais alee t. — 12152 A. soor — 12153 Una

  1. — 12155 Nenapelle — 12158 quil lamoit — 12159 Ro. garder — 12162 E. nauoit il hostei — 12171 cousemant.