Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/147

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Dist Rolant : « Sire, avoir ne m’a mester :
« Tot soie votre, senz autre parchoner.
« Mes bien vos voil par mon amor rover,
« Chant vos serés la o vos deveis aler
11880« E vos trouveis nuls poubre cevaler,
« Par mon amor l’en doveç visiter.
« Par moi le di, que sui uns estrainger :
« Ensi poroit d’un autre home incontrer.
« Se de mon nom voulisez domainder,
11885« C’est Bacharuf : ensi moi faiz nomer. »
Qui donc oïst Baudor fort dementer
E ses sergant plurer et regreter,
Souz ciel n’a home que non deüst peser.
Mes quant voient nel poront arester,
11890Trestuit s’an vont davant ajenoiler,
Qui piés, qui jambe, qui bras, qui main baiser ;
E pué s’an vont les governaus torner
En celle part o il devoit ariver.

DXIV[1]

Mout fu doulant Baudor le Acoupart
11895E ses sergant par le duc qui depart.
Ses governaus fait torner a Blimart,
231 bUns suen sergant que miels de celle art
Savoit que nuls bidaus de trere dart.
Gitent lor ancre, chant sunt a Port Velart ;

    — 11878 amor coner — 11879 ho uos — 11880 He — 11881 huissiter — 11882 sui uhijs e. — 11884 Se mon henom — 11885 faiz honoymer — 11886 hoist — 11887 pluries & regreuter — 11888 pesser — 11889 porẽt a. — 11893 ho il d. hariuer

  1. — 11894 Dout fu d. — 11896 À côté des deux derniers mots, une seconde main a écrit la variante a Scoufart — 11897 hart ; une seconde main a intercalé feit entre miels et de — 11898 Une seconde main a intercalé ne feit entre bidaus et de, et un entre trere et dart — 11899 Une seconde main a ajouté une s à ancre.