Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/143

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

11775Meiesme vest et zauce (non fu mie Terys) ;
Non fu pas oblïé le brant d’acer forbis.
Neporchant li aporte Baudor, le viel floris,
Une robe d’un vert velus, fouree de gris,
A la gisse entaillie des Païns de Tortis.
11780Cum douz refus i dist li barun : « Grant mercis ! »
El plus aut soler monte, sor le bort est asis.

DX[1]

Mout fu le stormant sage de le marine paine ;
Il dit a ses sergant : « Est il l’aires serainne
« Et les orage droit que a Balstres nos amaine ?
11785« Coulomes tantost voile ver l’aute meriaine
« Avant que nos sorvaigne li vant de tramontaine. »
Lors colirent les voille, uzant a aute lainne ;
Les governaus tornent vers la tere luntaine.
Chant fu cescune voille del bons orage plaine,
11790Plus tot non coruit mais un livrer par la plaine
Come la nef randone par l’aute mer altaine.
Chant ensi voit Rolant, si li doucist la vaine,
Membre lui d’Oliver et del roi Karlemaine ;
Un sangloz de plurer li vint, que nel refraine.
11795Chant ill en ot loisir, si dist : « Ai ! sante Alaine,
« Que trovastes la crois qu’est noutre zavetaine,
230 a« Atrovez moi cunsoil o Fortune me maine ;
« Et non soit oblïés l’impereor Roumaine. »
Le stormant vint a lui cum une ciere plaine :
11800« Cun este vos ? » fait il ; « quel penser vos demaine ?
« N’aiés paor dou mer, car plus est la nef saine

    — 11775 Meiesine — 11776 hoblie, dace forbite — 11779 Aille g. — 11781 mõt

  1. — 11784 horage — 11790 miliurer ꝑ plaine — 11791 Comella n. — 11792 doucisti — 11793 & dele roi karle eli maine — 11794 Um s. — 11796 Q. trouast — 11798 ronmaine — 11799 cerre p.