Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/140

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
DVII[1]

Li estormant ne fine de monstrer
11695Al duc l’avoir e sa fille a loer.
Ni avoit plus soigne Roland a remirer
L’or ni l’arçant ne li draps d’outre mer
228 bCum un cheitis vilan d’un buen müé sparver.
« Je repousase », feit il, « bien volenter ».
11700Le prodome le veit a un lit amener
Qe en une çambre ilueqe estoit mout cher.
Li duc tot primerans va veoir son destrer,
E pois torna en la çambre o il doit repouser,
E Baudor li ala meismemant desarmer.
11705Quand il fu desgarnis, sil prend a regarder ;
A ses sarçant le monstre e comançe a jurer
Plus belle criature mais non nasqui de mer.
« Alés, seignor, dormir », ce dit Roland li ber.
« Je me vuel un petit solemant demorer ».
11710Cils istrent de la cambre, si vont a lor mester ;
Lor cordes e lor voiles penerent d’aprester,
Car a l’aube aparant voldront estai cançer.
Avant qe le niés Karle se vousist acouger,
En genoilon s’est mis por Damenediex proier :
11715Une oraixon comançe qe mout feit a loer.

DVIII[2]

Belle fu l’oraxon cum vos poeç oïr :
« E ! Diex sans començaile, e ja non dois finir,
« Qe non volis Orgoil en ton reigne sofrir,
« Ainç le feisis dou ciel trabuçer e chaïr

  1. DVII Tous les vers de cette tirade se terminent en -ere dans le ms. — 11696 a ce mirer — 11701 çãbre qe estoit m. chiere — 11704 E b. laila m. — 11705 il manque ; cil prend — 11706 comaçe.