Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/14

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CCCXLVII[1]

« Ancor je di, si lor croistra besogne
8170« Vers les Francois, a la segonde pugne
« Che rois Grandoine et Estorgaint i jongne :
« En cels m’en fi, ch’el redotent vergogne.
— Sir », dist Grendoine, « je n’ai de vanter sogne,
« Mais chi pros est, ses heuvres le tesmogne ;
8175« Bien me croi fere, se Maon me li doigne.

CCCXLVIII[2]

— La quarte eschiele », dist Baligant li rois,
« Sire soraje Maugeris, condurois,
« Jonas de Cordes et Condüer li prois
« Et Ysorés ou les Pampelunois.
8180« Bien avrés droit se prodome serois,
« Car par vos sunt ci venu li Espaignois.
— Sire », dist il, « j’espoir che vos verois
« Demain grant part de ce che vos voldrois.
« Le cors me dit esconfit sunt François ;
8185« Longe ert la fue des traïtor revois. »
Dist Balegant : « Se fuïr les ferois,
« Ja l’enchaucer non avra grant repois.

CCCXLIX[3]

« Et en aprés, se mester vos avra,
« Veeç ci mon frer, chi vos abondera,
8190« E l’Augalie, chi ne vos heite ja.
« Jent lor donrai tant cum a lor plaira.

  1. — 8169 lor ci distra b. — 8171 estorgaint nõgne — 8174 les tesmogne
  2. — 8179 pamlunois — 8181 espignois — 8182 iespoit.