Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/138

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
DV[1]

Mout fu joians Baudor deu baron amener ;
Mantinant commenda ses sarçan a entrer
La dedans le boscaje a grand açes d’acer :
11635De rames e de broches qe il lor a feit coubrer
Desor li dos batiaus fait bastir un soler,
Tant cum le bon cival poit a leisir ester ;
Roland l’en a cunduit por la rene d’or mer.
Quand tuit furent ensamble, si pristrent a sigler ;
11640La traverse asouaje e les tormant de mer.
Quan furent a la nef, si vont les pont geter ;
Por enging e por cordes ont mis li bon destrer
Sor la prime coverte o fu li dos saumer
227 bQe li dos merceant soloient civalcer :
11645Por ce i avoit asés de vaine e de torquer.
Les somer geterent ens la mer a floter.
Mout se paine Roland dou cival atorner,
Pois est monté sor li plus alt soler.
Le stormant le tenoit por le poing senestrer ;
11650Ses sarçant penerent dou baron honorer :
Iluec non fu serés nuls jentil salüer.
Li mestre lui osta ses verd heume d’acer
E li duc le servi de tot son demander.
Ja ert la nuit obscure, mais il font alumer
11655Dos cires colibeus por lui plus honorer.
Entor lui s’arotent. Unques plus voluntier
N’aconte veuve dame nul prodon estancher
Quand il demaine ce qe li feit mestier.
« Sire », dist le stormant, « or venés, qe monstrer
11660« Vos voil ce qe conquis avés de dos liçer. »
Li duc respond cun un visaire cler,
Tot en riand : « Laxei le ore ester,

  1. — 11635 qe ilor a f. c. — 11636 estãcher.