Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/135

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Dit au Paiens : « Tu pués estre vilan,
11545« Quand vilenie me dis sens nul certan ;
« Mais se fuses armé o engual man,
« Dir te savroie, licer, fils a puitan,
« C’anc ne robai tant qe valsist un pan.
« Por qe is d’avoir e de richeçe plan,
11550« Altrui desprises com orgoilos e van. »
Ce dit les autres : « Por mon Deu Tervigan,
« Se ne partés, estes de mort proçan. »
En pié sali, si l’a pris por le fran ;
Un’ ace avoit, si croit estre un Trajan :
11555Ferir voloit por le pis l’auferan,
Mais le niés Karle tient le esplei en sa man,
Fiert le glotons a loi de castelan.
Li colp n’i trove ni oubers ni clavan,
225 bLi cors li trençe, mort l’abat au teran.
11560E pués retorne e fiert le primeran
Si por le pis qe mort l’abat de plan.
Por ce dit voir dan Caton li Roman :
Gran vertus est a metre a la lengue le fran.

DIII[1]

Roland descend, quand les Turc oit tüé ;
11565Mais quand il pense qe il ni estoient armé,
Anc plus dolant ne fu en son aé.
Il les regarde cun un vis esgaré
E pués a dit : « Roland, or es vengié.
« Ei ! cheitis home e plain de crualté,
11570« Com ais ici ton mautalant monstré !
« Sor dous sens armes ais ton cuer desanflé ;

    — 11550 desprise souç o. — 11552 Se uos ne p. — 11555 F. uoeit — 11560 E p. recoure — 11562 dit biẽ uoir

  1. — DIII Tous les vers de cette tirade se terminent en -ee dans le ms. — 11566 hae — 11570 C. a. inci — 11571 ai ton cors.