Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/134

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
DI[1]

La ou manjerent li dui outramarin
S’en veit Rollant, li jentil palatin ;
Quand lor fu prés, bien voit a lor convin,
11520As saingnes qe ont vestues e au chief de draps de lin,
A cil bien avisa qe il estoient Païn.
Seignor, Rollant estoit apris de maint latin,
Car il savoit Greçois, Surïen et Ermin.
Prés aus rapine son espleu fraxenin,
11525Salue les de part l’aut Apolin.
225 a« Seignor », fait il, « je sui un Saracin
« De ceste Espaigne, la por devers Monfrin.
« Les ost de Françe avec le fils Pepin
« Ont cestui reingne metus a disiplin.
11530« Proier vos voil, por Celui qe est sens fin,
« Aieç merci de moi qe sui fraïn :
« Se vient vos vant ni levant ni corin,
« En cil dormon qe est a vostre domin
« Recevés moi e mon Amoraïn,
11535« Car n’ouseroie ester por nul engin
« En cist païs por ces mauvés mastin. »
Lor respondi li uns au chief enclin :
« Nos ni avons ci palafrois ni ronçin
« Ne males pleines ni d’arçant ni d’or fin :
11540« Ne i porisés gaagner un sol terin.
« Bien entendons dond vos vient cil latin :
« Robeor estes naturel de chamin. »

DII[2]

De mautalant vient Rollant pali e van ;

  1. — 11520 & aĩchief — 11521 bien manque — 11524 fraxin — 11525 S. les a — 11529 On — 11535 C. non o. — 11537 L. respond — 11541 vos manque.