Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/132

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Or sui ci cum ermite qe fa la treduaine.
« Fortune de ces siegles ai bien la plus sotaine ;
« Ja me cuidoie seoir bien prés la soveraine.
« Mais poi qe vostre roe me vuelt estre vilaine,
11465« Verés moi trepaser outre la mer autaine.
« Je sai bien le langaje de Perse e l’Aufricaine,
« La Greçoise, la Hermine, e sai la Suriaine :
« Se chevaler deu segle doit vivre en terre straine,
« Ne dot q’a mon cival poise falir l’avaine. »

CCCCXCIX[1]

11470Endormis s’est li duc, tant fu il dementé,
Sa man a sa maxele, sor son eschu chougé.
224 aEn avision i vient q’el estoit en son tré,
Olivier son chier dru a son destre costé
E plus de .c. entor, des meilor e privé,
11475Si rampognoit Hestos, cum il estoit usé,
Dond mout s’en risoient environ le berné.
E quand aparut l’aube, cheü sunt li rosé,
Por desot son aubers s’est le duc refroidé :
Le douç ensoigne part, qe veiland l’a laisé.
11480Ensi come rubaud, quand tot a baraté,
Quand la nuit soigne vencre, dond est joians e lé,
Pois, quand il se reveile, est doulant et iré :
Tot si remis le duc quand il fu reveilé.

Li duc pensis en estant se leva,
11485A son cheval vient, qe il cougié trova :

    — 11461 Or s. enci — 11467 La greçois, la suraine

  1. — CCCCXCIX Tous les vers de cette tirade sont terminés en -ee dans le ms. — 11470 il manque — 11474 meilor priuee.