Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/130

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

A .x. tüel de cobre fesoit ses giteïs ;
Sor ceschuns de tüels estoit un Arabis
11410De cobre, tuit armei, laboreis et stampis ;
Ceschuns tenoit l’espie e l’eschu a son pis.
E sor l’autre piler, ce conte li escris,
Desor une cariere, sot un arbre floris,
Seoit un roy de cobre, ne troi gran ne petis ;
11415Et ert si engignei sor lu un edifis,
223 aQuand vent i fiert, brait cum fust asotis :
Entor l’arbre tornoit, corand tot escaris,
Con s’il vousist defendre le font el pleiseïs.

CCCCXCVI[1]

Au pié de la fontaine, ou colent li tüel,
11420D’une piere mabrine i avoit gran vasel
Tot plein d’une clere aigue deci qe en le orel.
Devant le cours de l’aigue oit un edifis bel ;
Por force de cours fiert sor l’englume un martel ;
N’i ousent aprochier ni bestie ni oisel.
11425Environ la fontaine avoient mant pustel ;
Por les chevaus liger estoient mis anel.
Le pere ou roy Marsille, quand estoit jovencel,
Fist la fontaine feire a un mestre, Clarïel :
Ne avoit maudre en Espagne de labor de quarel.
11430Ilucque prist Rolland cele nuit son ostel.

CCCCXCVII[2]

Por devant la fontaine, und l’aigue est clere e pure,
Descend le niés Karlon o la noble figure.

    — 11410 et estãpis — 11411 C. t. une spiẽ — 11412 laute p. — 11416 Q. uiẽt — 11417 E tor larbre tornoioit — 11418 le f. e le p.

  1. — 11420 Dune prie — 11421 de cler aique deci cie — 11423 Qe p. f. le glume — 11428 fier aun m. I clariel — 11430 Iluec
  2. — 11431 unde laigue ẽ cler e p.