Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/125

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« A voix cridant : Emperer chevaler !
« Se il a bien fait, est ce donc li loer
« Qe vos l’avés ferus au retorner ?
« Se il vos ennoie de Paiens geroier,
11270« Por qoi nos feistes de Françe desevrer ?
« Mout m’aveis feite hois la joie torbler ;
« Quand il s’en veit mon signor et mon frer,
« Aler m’en voil ; le congié vos requer.
« Droit a Vïene m’en alerai primer
11275« A dam Gerard e Bel’Aude au vis cler
« Ces doloroses noveles anuncier.
« Vestirai moi a guise de palmer,
« Tant qirerai e paserai la mer,
« O je morai en voie o en senter,
11280« O troverai cil qi est mon esper. »
Lor comença si fort a larmoier
Qil en a feit plus de dou cent plorer.
E dit Hestos : « Plus non pois endurer. »
Lor en apelle som mestre çamberler.
11285220 a« Va moi », dist il, « mon trief a destirer
« E tuit mes homes me comande a munter ;
« Tost me verais cist païs ci vouder.
« Mais une riens sai bien au roy nuncer :
« Por tot sun reigne o je devrai passer
11290« N’i ert esparagné ni meisons ni clocher
« Qe ne soit arse, qi qe s’en doie irer,
« Si qe de l’ovre i rendrai le loer. »

CCCCXCI[1]

Aprés parole li ardis Salemon,
Cil de Bertaigne, qe mout ama Carlon.
11295« Seignor », dist il, « ci a male raixon,

    — 11280 cil qest — 11285 a redrecer exponctué et remplacé par a destirer — 11287 ci manque — 11290 ni docler.