Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/12

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« J’entant de prandre de mon fil vençeson
8115« Qu’il m’ont tolus e mort en traïson.
« De quoi dotomes ? Hui proveç les avon,
« Ensi chaciés cum lou feit le mouton.
« Se vistemant, au maitin, nos ison,
« Nos lor metrons el cors un teil frichon
« Chel plus ardiz vousist estre a Calon.
8120« S’il ensent fors, nos iluech loçeron
« De jor en jor, pués lor assaliron.
« Per Maomet, nos ne s’an parcevron
« Qu’il s’en fuiront une nuit a laron.
« C’est li conseil de nostre garison.
8125« Qu’en dites vos, franch civaler baron ? »
Trestot les autres s’escrïent a un ton :
« De la bataile, biaus sir, nos acordon
« En mort de Çarles et en destrucion,
« En grant honors dou roi Marsilion.
8130« Chi ce dedit, ja n’ait s’arme perdon. »

CCCXLV[1]

De ce fu mout liez li rois Maugeris
Quant de bataile voit li conseil porpris ;
Ne Ysorés de ce ne fu divis.
En estant lieve Maugeris l’Arabis.
8135« Signor », feit il, « antendés mon devis.
« Anchois, ch’il soit cist conseil difinis,
« Si soit cist feit ceans en ordre mis,
« Cels che iront demain ou chapleïs
156 a« Condur les renges contre nos enemis,
8140« Primer, segont, terç, quart e quint e sis,
« Si che tant tost cum jorn en esclaris

    — 8117 cum hom feit — 8119 Che p. a. nousis — 8121 arsaliron — 8123 sen fuirent — 8128 En mor de ç. eded.

  1. — 8134 larabi — 8135 Signos — 8138 C. che uront — 8141 est esclaris.