Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/118

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Dont il se garderont cescuns de ci avant
« De non partir de moisi fetemant. »

CCCCLXXXIV[1]

Quant les barons oïrent l’enseinemens Carlon
Che les rovoit ocir Rollant, le fils Milon,
11065Le uns garde l’autre et disent : « Aleron ?
215 b« Par saint Donis », font il, « qe ne feron.
« Qi a soi meïsme feit onte et mespreison,
« L’en le devroit pandre come leron.
« E donc n’est il Rollant li canpion
11070« Qe nos mantient en peis et en reison ?
« Par cui somes nos ci se par lui non ? »
Respondi uns : « Par li cors saint Simon,
« Je ai lessé un fils a ma maison :
« Anç le ferroie sor le chief d’un bastun
11075« Qe je disis Rollant un mal sermon ;
« Le rois puet dir ses talant et ses bon. »
Arivez est dan Rollant le baron ;
A entrier de l’ost retient son Aragon,
Fist de sa ensaigne ploier le confanon,
11080Conjé dona a tot si compaignon.
Donc veit cescuns droit a son paveilon ;
O lui non reste escüer ni garçon.
Contre lui vient Riçars et Salemon
Qe lui distrent : « Par algune equeisun
11085« Devant li rois non alez a cist pon :
« Corocez est, anc si nel vit nus hom. »
Le cont respont : « Je nel sant si bricon
« Q’il moi fesist ni disist se bien non
« Ne domajast por consoil de fellon. »

  1. — 11063 lensemes — 11064 r. coir rollant — 11068 le manque — 11071 P. c. s. nos homes — 11080 Come d. a tõt — 11082 non remast — 11084 p. algugune e. — 11086 si manque — 11087 ie nil sant.