Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/116

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

214 bLa cité prise et oncis l’amirant ;
De convertie gient menerent planté grant,
Les quatres Diés, qe herent d’or e d’arçant,
11005Car et caretes, roncins et muls anblant
Toz cargiez de vitaille, pains et vins et formant.
Tant chevaucerent a grant joie feisant
Qe il de Pampaloine verent le fermamant
E les grans host de Françe et de Breibant.
11010Rollant apelle Hestous tot in riant :
« Coisins », dist il, « je croi veraiemant
« Qe troverons le rois de mautalant. »
Respont Hestous : « Il avra droit auquant :
« Ne est mie peu a si greu pont et grant
11015« Leiser un roi en storme combatant.
« Trop nos partimes, bias sire, folemant,
« E je por moi n’en veul savoir noiant
« Ne le primer ne lui irai davant :
« Qi a forfeit en recoile tormant. »
11020Lor dist li quens : « Ancor ne m’an repant,
« Qe, merci Diex, nos feit avomes tant
« Qe la merci mon oncle nos sera bien aidant. »

CCCCLXXXII[1]

A ce qe disoient li baruns natural
Tot ensi pensoient les autres por engal
11025E conselent entr’aus, por le partir en fal,
De non veoir le roi le vis enperial,
Tant redotent l’eror de lor sir natural :
A lor tendes iront desarmer comunal.
Quant il sunt devalé le pendant d’un costal,
11030Rollant fist desploier le confanons real,
Soner feit cors et tinbres, tambors et çeremal.

    — 11002 oncise — 11003 plantee — 11006 Toz manque — 11014 mie pue

  1. — 11025 E conseleurent.