Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/113

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Pués se vont batiçer devant le Crocefis ;
Mais tot ce non fu feit en nuef jor ni en dis.

CCCCLXXVII[1]

10920Quant furent tut ensanble les Paiens batiçé,
Trestoz devinrent homes Filidés l’aduré,
Et il in fist homaje Oliver de son gré.
Quinzes jors sunt ilec Cristïens sejorné,
Tant qe le cont Gerarz fu alques resané.
10925Quant il puet chavaucher, n’i ont plus demoré ;
Lor ernois torserent ; les muls en vient cargé.
E Diex ! anc ne veïstes si tres grant richeté
D’or et d’argient, de pailes, com il en ont porté,
Estier farine et cars et formant et claré,
10930Dont bien .m. charetons cargiez en ont mené.
Des homes covertiz de la bone cité
Mena Rollant .iim. des mielz enparenté ;
Al remanant a mout lor sir recomandé ;
O lui ne le mena, car trop estoit plaié ;
10935A Diex le comanda et a sa majesté.
Un petit avant l’aube se sont acaminé ;
Voir qe mil chevalers a chevaus bien armé
213 bAprés cels de la ville lor a Rollant leisé.
Homeis efforce ystorie et sermons bien rimié
10940Tot si come Carlons dou guant pesant feré
Firi Rollant el niés, dunt il fu sanglenté,
Por quoi parti de lui a loi de corocé,
Dont mout en fu le rois de ses barons blasmé
Et il meïsme en fu irez et adollé.

CCCCLXXVIII[2]

10945Se vos vorois entendre, je vos dirai ancor

  1. — 10921 T. deuirent — 10923 Quĩdes — 10924 alquẽs — 10927 uustes si t. g. richece — 10940 guaut — 10941 Fiu corrigé en feri par une seconde main, sangleté.