Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/111

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

La plus part est oncise et prise et ferue.
10860Rollant en l’autre gient de bien ferir s’argüe :
Al bon brant acerins la desmembre et atue.
Olivier de Vïene malemant les salue :
De la plu stroite prese feit venir large rue ;
Mais de .c. en a mort, qe gist en l’erbe drue ;
10865Sanglant en a l’escuz et l’espee molue.
Folqenor se regarde, voit la desconoüe
De l’autre gient qe estoit et sconfite et rumpue
E retornier les Frans qe l’avoit confondue :
N’i osa plus ester, si se mist a la fue,
10870Mais Oliver l’encauce, qe tient l’espee nue :
Ne li puet feir torner, aseiz li breist et hue.
Mais ne li puet scamper : a une eve fundue
La teste et la ventaile li a au brant tolue.
212 bLors fu la gient Païne et matee et vencue ;
10875Por mantenir bataile n’i fu reine tenue.

CCCCLXXV[1]

Esconfit sont celor a duel et a tormant
Qe doumajer en fu douz France cuidoient ;
Plus de cescuns milers en moruit de .iiic.
Se lor men ne vinist le jornal solement,
10880N’en escampast un seul, par le men hescïent.
Ec vos la noit venue el grant oscurament ;
Par defaute de jor et por reposement
S’en tornent en la ville la honorable gient.
Des villans de peïs et de noble ensement
10885Plus de mil ont menez por pandre contrel vent ;
Nes aüsent gariz ni tesor ni argent
Fors qe la Deu mercé et li batiçament.

    — 10859 La p. p. en est o. p. et f. — 10860 lautra, sague — 10865 S. enna — 10872 un eue f. — 10873 testa

  1. — 10877 frace — 10881 lauoit u. e la g. o. — 10882 P. defaude — 10883 Sen tornerent — 10885 mil en ont — 10886 ganz.