Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/110

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CCCCLXXII

211 bChalastes voit son frere gesir mort a la tere :
Ne devois merveiler se grant duel an puet fere.
10835Lors maleïst François qe tot volent conquere ;
De sa gient se depart com quarel qe dessere,
En nostre gient se fiert por la vençance quere
E fiert un sodoier qe fu nez d’Engeltere ;
Mort l’abati a tere : ne vos sai plus retreire.
10840« Par foi », ce dist Hestous, « celui colp me feit gere ;
« Mon compagnons m’ais mort, Saracins filz de lere ;
« Se ne le pués vangier, ne me pris une here ».

CCCCLXXIII[1]

Hestous voit le Paiens qe li a feit doumage ;
Dou brant le veit ferir amont por le visaje,
10845Le cief an feit voler o tot l’iaume doraje,
212 aPués escrie : « Monjoie ! ». Esgardez vasalage.
Ogier i feit merveiles, qe sanble plains de rage :
Homes et cevals tue, s’an feit jonqier l’erbaje.
Quant verent les paisans q’il n’orent gionage,
10850Veient Chalastes mort, q’estoit lor avoage,
La bataille ont garpie et cangerent estage ;
Par vignes et por plains, por poi et por boscage
S’en fuïrent, qi puet, come beste salvage.
E Frans les detrencerent encauçant a scorsage :
10855Bien .iic. et .l. en ont pris de parage
E bien quatre vint mort, qe gist por le preage ;
Trop tost i venirent, lasiez li ont li gage.

CCCCLXXIV[2]

Male sont cele gient, ce m’est a vis, venue :

  1. — 10844 le uit f. — 10845 Le c. au f. — 10847 i manque — 10848 ioqier — 10851 estaage — 10853 qi puit — 10857 T. t. uienirent.