Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/11

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CCCXLIV[1]

8085Aprés se drice l’amiral Fauseron,
Chi tient Nobie, ou les gens noires son.
Cum orguelos comance sa raxon ;
Il prant sa barbe e dit : « Por ce grenon,
« Augalie sire, cist conseil ne prendrons,
8090« Car li contraire aveç dit dou plus bon.
« Ancor je di che se nos le faison
« Si cum vos dites, ch’en tot perduç avon.
« Bien vos en sai demostrer la caison :
« Se nostre jent en Navaire envoion
8095« E il le sente Çarles por espion,
« O vint o trente miler de si baron
« Lor poit derier mander a esperon ;
« Si les atainge, jamais nes reveron.
« Por choi devroit des host partir Çarlon ?
8100« Non saveç vos che il i a environ
« Belfroi e lices e grant fosés perfon ?
« Il sunt plu fort che cels de cist dojon.
« De l’autre part, dites de quoi vivron
« Ceans .x. jorn, se nos ne combatron ?
8105« Mauvés secors a la cité doron,
« Ch’en doces jorn tote l’afameron.
« Somes nos donque venuç a la preson
155 b« Por dir a Çarles : « Merci, nos si rendon ? »
« Bien vos sai dir che ce n’est ma entencion,
8110« Mais d’ensir hors demain, a le Diés non.
« Se l’enperer ne ses François trovon,
« Plus aspremant a eus nos mesleiron
« Ch’unque Alixandre non fist envers Poron.

  1. — 8088 por ce greion — 8089 prenderons — 8090 dit tou plus b. — 8094 nauairi — 8096 Quint o trente — 8099 deuroit il d. — 8103 quoi suuron — 8106 Chen dotes — 8112 as eus.