Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/109

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Trepins en apella de Rens en Normandie,
10805Hestous et Anseïs le proz de Picardie ;
La gient qe vient lor mostre, qe il n’amoient mie :
Ce sunt les païsans qe por doner haÿe
Vienent a la citez qe ja stoit convertie.
« Seignor », ce dist Oger, « se me fetes complie
10810« De .vc. chevalers en ma conestablie
« E venez avec moi en nom de compagnie,
« Ceste gient qe sorvient font male cevaucie.
— Dehait », ce dist Hestous, « qi ce vos contralie !
« Tot primer i ferrai de ma spiee forbie. »
10815Atant se partirent la franche baronie
211 aE sont mil chevalers qe lor foi ont plevie
De nun falir l’uns l’autre deci q’en la finie :
Grant amor se porterent et fine compeignie,
Ne porterent jameis l’uns l’autre nule envie
10820D’onor ne de richece ni d’autre menantie
Fors de seignor servir et feir chevalerie.

CCCCLXXI[1]

Hestous et Anseïs e le Denois Ogier
Partirent de l’estor a bien mil chevaler ;
Les païsans alerent firir et encontrer.
10825Primer les leiserent en la plaigne avaler ;
D’anbe part s’entrevienent a lor lances baser.
Mellias veit ferir Gilles de Sant Homer :
Dou colp q’il li dona l’a feit mort averser.
Anseïs esperone por le vasal vengier :
10830D’une mace pesant ala ferir l’Escler
A dos mains sor le heume ; li eulz a feit voler,
Dou cheval l’abat mort, si s’en fuit le destrer.

    — 10804 rens enõ mdie — 10811 en mon de c. — 10813 Dehainz — 10814 i ferai — 10816 plenie — 10818 porteront — 10819 lantre

  1. — 10824 fuir — 10829 esperona — 10831 sor leume.