Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/108

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

10775Atant ec vos celui, qe son morir porcace :
Veit ferir le niés Carles en l’eume sor la face ;
Anc ne le puet forfere vallant un cor de vace,
Mais le brant descendi, qe detrence la lace.
Dunc feri lui Rollant : malement le solace?
10780L’eume lui trence tot, ou reluit la topace,
La moité de la teste o tot le destre braçe
Li feit voler ou camp. Or oiez qel desgraçe !
Satanas s’aparoile qe dou cors l’arme race.
210 bUn jentil soudoier c’om apelent Hustace
10785A pris le bon destrer (croi qe lui mester face) ;
Sor cil monte, et le suen s’an fuit par mié la place.

CCCCLXIX[1]

Paor orent Paiens quant perdirent Landrais ;
Le uns dist contre l’autre : « Or n’est il mie gais ;
« Quant mort est le meilor, tut morromes humais.
10790« Folqenor, jentil sire, com grant folie fais !
« Se tu plus i demores, jameis non estordrais,
« Car as cols de cestor ne vaut armes ni drais. »
Ja tornascent en fue le lignage Judais
Quant i venrent Paiens del pui de Bilinais
10795E la gient de Valglorie a rices destriers grais :
Calastes les conduit et son frer Meliais ;
N’a dos tiels castelains deci qe Caÿphais.
A braagnes corans et a destriers d’eslais.
Devalerent dou terte tut ensenble a un fais ;
10800Mais il avront, ce cuit, dou retorner mesais,
Qu’ancor n’estoient mie nos Cristïens si lais
Qil ne posent ancor sostenir au forfais.

CCCCLXX[2]

Quant Oger le Denois a cele gient coisie,

    — 10775 Atut — 10782 qe d.

  1. — 10789 morous — 10794 q i. uerent — 10799 torte — 10800 ce cui — 10801 cristies
  2. — 10803 deneois.