Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/100

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

A mil buens chevalers q’il lui dona en compaigne ;
Pué ensi de la porte, covers d’une entresaigne,
10550La lance paumoiant (ne sai com ne la fraigne),
Meneçant soz son heume le pute gient grifaigne.
Folqenor les regarde, a Landras les ensaigne :
« Encui avromes, frere, perilose bragaigne.
« Perdue avomes Noble ; ne cuit qe mais se taigne
10555« Ne citiez ne castel ni bors en tote Spaigne.
« Li niés au rois de France, qe nostre lois desdaigne,
« Parti de Pampaloine por venir en gaaigne ;
« Mout oit bon espions qe lui dist nostre ovraigne
« Dou partir qe je fis, dont est droiz qe m’en plaigne.
10560« Perduz i ai mon frere a la lance maagne ;
« De vivre nen donroie humais une castaigne.
« Morir veul en l’estor, ce qe puet m’en avaigne,
« E tu t’en tornaras, dous frere, ou ta compaigne. »

CCCCLIX[1]

De duel e de pieté Folqenor dist plorant :
10565« Torrnez vos en, Landrais, s’an menez vestre giant,
205 b« Et je remanrai ci au doloros tormant.
« Cels qi m’ont mort mon frere m’onciront ensemant,
« Ou je le venjerai a ma spie trençant. »
Lors respondi Landrais parole bien seant :
10570« Senpres avons esté amis et bien voilant,
« Le uns a serviz l’autre et d’avoire et de giant ;
« Qi con son buen amis a joïs leemant
« Ou besoigne de lui, quant il le voit angrant,
« Doit estre compeignons a paine et a tormant.
10575« Encor encoi disis, se je sui remembrant,
« Au guez qe trepasames la forte eve bruant,
« Qe tu a ceste nuet me serviroges tant

    — 10548 A mils buen c. qi lui — 10553 periolose b. — 10557 gaigne — 10560 a lance maagne — 10561 doroie — 10562 encestor

  1. — 10568 uenirai — 10576 trepasomes la f. ene b.