Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/83

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

effet l’auteur critique souvent le récit du poème italien auquel il se plaît à opposer celui du Turpino francioso, et il n’est pas douteux que sous ce nom il ait précisément en vue notre Entrée d’Espagne. Mais M. Pio Rajna a fait voir en même temps que les dires de la Spagna en prose sont sujets à caution, et que l’auteur s’est parfois laissé influencer par la Spagna en vers tout en prétendant, d’une façon générale, rester fidèle à l’Entrée d’Espagne [1]. Il y a plus : certains détails ne proviennent ni de l’une ni de l’autre de ces deux sources, mais sont dus à sa seule imagination, et au désir de charger de traits nouveaux les tableaux tracés par ses devanciers. Citons quelques exemples. Après avoir mentionné la triple apparition de saint Jacques à Charlemagne, l’auteur assure que Charlemagne laisse écouler six années, pendant lesquelles il réunit peu à peu un immense trésor de guerre, avant de se décider à entreprendre l’expédition d’Espagne (chap. 4 du ms. Albani).

L’avant-garde de l’armée de Charlemagne, commandée par Salomon de Bretagne, arrive en vue de Nájera (Lazera), laissant en arrière l’empereur et son neveu, et inflige un échec aux troupes de Ferragu (chap. 13) : ni l’Entrée d’Espagne ni la Spagna en vers ne connaissent cet épisode.

  1. Mém. cité, pp. 36-38. Aux deux exemples indiqués par M. Pio Rajna (invulnérabilité de Ferragu, trahison d’Anseïs de Pontieu) on pourrait facilement en ajouter quelques autres : Roland reçoit du pape 20.600 chevaliers (chap. 11 ; la rubrique publiée par Michelant porte à tort XXVIm), comme dans la Spagna en vers (chant 1, oct. 18), et non 20.000, comme dans l’Entrée (v. 363) ; Marsile envoie un seul ambassadeur à Charlemagne (chap. 8), comme dans la Spagna en vers (chant 1, oct. 29 et ss.), et non deux, comme dans l’Entrée (v. 421) ; avant l’ouverture même des hostilités, par ordre de Marsile, Serpentin va occuper Estella avec 10.000 hommes (chap. 16) : il en est de même dans la Spagna en vers (ch. 2, oct. 8), mais non dans l’Entrée, qui ne connaît pas le personnage de Serpentin.