Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/448

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

5362. Au lieu de ſoi, lire foi.

5365. Au lieu de renſorchiez, lire renforchiez.

5407. Au lieu de serises, il faut peut-être lire serisés ou corriger seristes ; cf. Introd., p. cxviii.

5425. Cf. la note relative aux vers 5195-6.

5427. Sur Fébus ou Phébus le Fort, héros tardif de la Table Ronde, auquel est consacré un cantare italien, imité probablement d’un modèle franco-italien qui n’a pas été retrouvé, voir une note de M. F. Novati dans Romania, XIX, 186 et s.

5468. Supprimer la variante et mettre bedouel dans le texte ; cf. le Glossaire.

5559-61. Nous avons déjà relevé une allusion à la guerre d’Alexandre contre Nicolas (v. 965-8). L’adj. melais, déclaré inintelligible dans les variantes, doit probablement être identifié avec l’anc. franç. mesleïſ (voir le Glossaire).

5567-8. Sur la légende de « Gerard de Fratais », voir la note relative aux v. 156-161. Sur Claire, neveu de Girard, voir plus loin la note relative aux vers 12793 et 12803.

5577-8. Cette allusion à Annibal et à Scipion témoigne d’une connaissance de l’histoire romaine que l’on ne rencontrerait pas, à pareille époque, chez un trouvère de France. L’auteur de l’Entrée d’Espagne a évoqué une seconde fois (v. 9339) le souvenir de la lutte des Romains contre Annibal.

5609 et s. Sur la légende de « Girart dau Frate », voir la note relative aux v. 156-161.

5620. J’ignore quelle est la « dame Heyline » à la prophétie de laquelle fait allusion l’auteur.

5686. Cette allusion à la richesse de Laomédon (père de Priam) ne paraît pas se retrouver ailleurs dans l’épopée française.

5692-5. Je ne connais pas d’autre exemple de ce proverbe.

5722. Au lieu de nient, lire nïent.

5815. Corriger arere en arer pour la mesure du vers.