Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/430

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Deus ! por quoi tarde nostre sir de Monmart ?
7865« Trop nos delaie Hue, li fil Ponçart,
« Quant ne nos maine Salemons e Ricart.
« Alons nos, sire, avant che soit plus tart,
« Car se Paiens tornasent au stendart
« Ver nos seguant, nos i pairons musart :
7870« Por un de nos sunt bien cent Acopart. »

CCCXXXVII[1]

Ce dit Rolant : « J’en sui aporceü
« Si cum en fue s’en vunt li mescreü,
151 a« Ne tornasent por tot l’or c’unque fu.
« Le cors me dit nos seçors unt veü :
7875« Tuit sunt Paiens e mort e confundu.
« Se je heüsse mon holifant heü,
« Bien aüst Çarles tost ce besoin seü,
« Si fusent tot Païns mort e prendu. »
Feit Oliver : « Bien vos ai entendu.
7880« Alons ferir, por choi atardeç plu ? »
A cestui mot brocerent ambesdu,
Et li do cent les unt bien porseü ;
Sor la conpagne ou li estendart fu
Se leisent corre e leveirent les hu.
7885Mais ce che monte ? por noient sunt coru,
Che au stendart avoient par desu
Troi cent archiers, ceschun son arch tendu,
E bien .v. mil n’avoient entor lu :
Traient, bresent par si tres grant vertu
7890Che nos François si’n furent retenu,
Car entre toit n’avoit un seul eschu
Ne fust cuvert d’un bresemant menu,
E lor vert heume semblent aubres ramu ;

  1. — 7877 tost se b. — 7884 corer — 7893 E l. couert h.