Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/429

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

7835Encor avoit en sa conestablie
Dui cent vasaus de mout grant vigorie ;
Plus n’en avoit por feire assalie,
Car l’autre jent s’en estoient fuïe :
Vers l’ost le roi unt lor voie aculie ;
7840Por poi, por val, por ceschune partie
150 bTorne chi pueit son cors a garantie.

CCCXXXVI[1]

François s’en vunt, Alvernois e Pichart.
An miels che poit lor en conduit Gerart
E l’arcivesches, che nostre Sire gart.
7845Li rois Grandoine les detrance e depart :
Oncis nos a Aubri, li fils Brochart,
E la bandere dan Rolant painte a quart
En fist porter a un Turch de Baudart.
Li fiuç Milun, irez cum liopart,
7850Refist drecier li bon destrer liart,
Aprés li broce cun un senblant gailart ;
O voit Paiens, se treit en cele part.
Devers senestre perduit li niés Çirart :
De l’acouler as barons sanble tart.
7855« Sire compan », ce dit li niés Bernart,
« De la jent Çarles ai feit mauvés regart ;
« Honiç me voi e tenuç a cohart.
« Por Diés vos pri e por saint Leonart,
« Sor cil darer alons feir un esart ;
7860« Encor me croi sanglenter Durindart. »
Dist Oliver : « Nenil, se Deus vos gart,
« Jentil queins sire : de vos jent la plus part
« S’ent sunt fuïç a travers ces desart.

    — 7837 arsalie

  1. — 7843 che manque — 7846 a manque — 7853 cirart — 7860 sangleter.