Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/422

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Bien conuirent che grant civalerie
7635146 bDe Panpalune unt l’afere bastie ;
Rolant a dit : « Se Deus me beneïe,
« De Saracin cevauce une partie
« Ci devant nos, je ne sai chi les guie.
« Le cors me dit, ne sai s’il ert bausdie,
7640« Ce est Maugeris et sa grant compagnie
« Che por condur le secors e l’aïe
« Lor veit encontre, cist sing le senefie.
— Sir », dit Berart, « il ne ferait folie
« Mander a Çarles a la barbe florie
7645« Ch’il nos envoi Richart de Normandie
« E Salemons, chi ne nos heite mie. »,
Respont Rolant : « Dehait chil vos otrie !
« Honte n’avroie de ceste coardie,
« Si feit l’avoie, en tretote ma vie ;
7650« Vos voleç bien che dan Hestous s’en rie. »

CCCXXVIII[1]

Endementer che Rolant dist ensi,
N’unt aleç guaire che Gerart garda e vi
Venir les host dunt vos aveç hoï.
Au primer chief devant fu Maugeri :
7655Cil les conduit e son fil autresi.
Païn cevaucent, ne funt noise ne cri,
Otante mille a cevaus sunt garni.
La veïseç tant roid epleus bruni,
147 aTantes banderes, tant penons colori,
7660Tant blanc aubers, tant heum a or brusti,
Tant bon çevaus e tant mul Arabi,
Tant triés carjé de soie e de sami,

    — 7635 la feree b. — 7646 nos chire mie ; cf. 8190 — 7649 Si cort laroe

  1. — 7660 T. bançe aubers tant henin.