Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/419

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« N’en voil mener auchun a cist labor,
7550« Car l’apostoile me proia por amor
« Che sa masnee, dunt m’a feit condutor,
145 a« Ne amoinase o il aüst desonor.
« Voir je ai bien quatre mil de celor
« Chi por humaje me servent noit e jor :
7555« De cil n’en pois avoir nule peior ;
« Cil amenrai vers la jent Paienor.
— Niés », dit li roi, « vos parleç dou melor,
« Je vos donrai de ma jeste Francor
« Quatre mil autres chi sunt mei servitor.
7560— Grant mercié, sire », ce dist le pugneor.
« Rien che soit dite ne meteç an iror. »
Lor les acole le roi por grant douçor,
Pois vunt colçer li grans e li minor.

CCCXXIV[1]

A triés, a cubes qe Frans orent feit tandre
7565Se vunt dormir e li grans e li mandre.
Anç che le roi s’alast sor lit a standre
De cele jent che a lui doit atandre
A quatre mil fist ses comant entandre
Ch’avant l’aubor ceschun voit armes prandre
7570E siguisent Rolant senç nul contandre.
Autreteil fist le duch as ses aprandre,
Pois veit dormir, dunt ne fist a reprandre.
La nuit l’ost garde Henris, li quens de Flandre.
A cele ore che l’auror vien a fandre,
7575Che Rolant voit venir l’aubor e splandre,
Lor s’arme tost e vait la spee çandre,

    — 7552 desnor — 7555 nul — 7558 de maiste f. — 7561 ne merteç

  1. — 7564 qi frans — 7569 laubort — 7571 a ses a. — 7572 dũc ne — 7573 frandre — 7575 laubre chesplandre — 7576 la spe.