Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/413

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Le ceval broce, si le cort envaïr,
A son espli ie vait l’escuç croisir,
L’aubers fauser e la mort englotir.
7390Quant ses barons les veirent mort cheïr,
Il n’unt ahie, si sunt mis au fuïr.
Li veïseç tant de serjans oncir,
Car n’i volent prandre ni retenir.
Avant che Çarles feïst graile bondir
7395Par eus secorre e par eus sostenir,
Les unt chacés a duol et a martir
E le çasteus tot ars a son leisir.

CCCXV[1]

Quant Saracins unt le çastel bruslé,
Avec lor sire tornent en la cité,
7400142 aE les archiers ch’au poi orent mandé
Si tornerent baus e joiant e lé,
Ferment lor portes, tost unt lor pont levé.
Quant Çarles fu sor li mort arivé,
Doe mil e plu en çausirent versé ;
7405Voit sun çastel tot ars et estriné.
Por mal talant oit le roi sospiré
E comanda ch’il en fusent porté
Decique a l’ost e ad honor enterré ;
Cil de Belvais desor un schuç borclé
7410En porterent, dunt fu doil redoblé :
Lui e les autres ne furent hoblïé,
Enfoïz sunt, tiel furent lor mercé.
Exanple en pragne cil de joven ahité
Che pur desirent a seguir volenté.

    — 7393 pradre — 7395 secorer

  1. — 7401 biaus — 7403 çasirent — 7408 ost ad h. entre — 7410 recoble — 7411 Lui es autres.