Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/411

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CCCXII[1]

Astivemant, ch’il ne atent ja plu,
7335Afeit li roi armer les mescreü.
Devers Belin sunt les archiers ensu
(Ce est un poi ch’ensi apeleç fu)
Bien troi miler, che d’armes sont tot nu ;
Cestor portent les arch d’aobor tendu,
7340Legier furent, tost sunt aval coru,
Ver les François getent si grant les hu
Che le plus fier en fu tot esperdu.
Cil de Beuvais, quant s’est aperceü,
Il e ses homes a l’encontre est venu ;
7345Al bais furent e cil sunt au desu,
Traient e bersent, mout les unt combatu,
Mai nos François nes dotent un festu,
Fors des cevaus che ne fusent feru.
Je ch’en diroie ? Li grant çastel volsu
7350Menrent si avant li geldoner menu
Ch’il unt des mur le Paians jus batu.
141 aCil chi furent au soler plus corsu
Unt bien dedenç les civaler veü ;
Li mandre d’eus est aval desendu
7355E dist as autres : « S’il n’en panse Jesu
« E Çarlemaine ne n’oit tost secoru,
« Tant sunt dedans Seracins fervestu
« Ni seruns mie de çaen esmoü
« Mil en perdrunt lor cief desor les bu,

  1. — 7337 pou ; cf. 7400 — 7343 Le sire de bel beuuais — 7344 N e ses homes — 7345 au tesu — 7346 bresent — 7350 A geldonor — 7352 Chil chi — 7354 Li m. des.