Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/408

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Voil en tel guise la cité tastoner
« Che honor n’avront cil chi Deus veut amer,
« E Saracin daumaçer e daner. »

CCCIX[1]

Le ban oïrent li petit e li grant ;
7250139 aC’est grant miracle che tuit furent joiant
De la cité combatre amantenant.
Iluech ni fu escüer ni serjant,
Valet da pé ni ribaut ensemant
Che de l’armer ni alisent travailant :
7255L’un quier a l’autre son or e son arjant,
Car dou bien randre funt les grant argument ;
A vint, a trente se vunt entredisant
Le uns a l’autre, jurant e prometant
Che lor gaaing partirunt loialment.
7260Les jentil homes si funt ensemant :
Lor escüer blandoient duremant
E ça e la les vunt a main menant
E a lor disent douçemant en riant :
« Or serés riche avant dos jor pasant,
7265« Mai non sevrés de moi ni tant ni quant,
« Si ch’a un besoin teneç mon auferant :
« Or bien parra se m’estes bienvoilant.
« Tiel ait esté enç l’estable servant
« Ch’iert cevaler sor cist asemblemant. »

CCCX[2]

7270Franch repausent la nuit trosche au maitin
Che mese hoï Çarles le fiuç Pepin ;

  1. — 7250 Cist — 7251 amantent — 7253 V. da pei — 7254 malisent — 7267 Orb. paira.
  2. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées CCCX