Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/406

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

De capel aut e de velue pel,
7190De longue barbe fist tot son aparel,
De l’est ensi quant cholga le solel.....
De mangonaus portoit en doi l’anel.
« Maistre », feit il, « d’une rien vos apel.
138 a« Entor les host est compliç le çastel ;
7195« Or voil prover por li vestre consel
« Se por bataile, par force e por çanbel
« Se poroit runpre les mur a cil quarel,
« Amplir les fosses de bos e d’aubrosel ;
« Ceschun archier tenroit devant mantel,
7200« Por droite force entrerunt au borcel.
« Devon nos sampre ci tenir le masel ?
— Sir », dit li mastre, « l’entrer je crois isnel.
« Je vos ferai au grant estorme fel
« Sor .xxx. roes amener un castel,
7205« Cinquante archiers au primiran crinel
« Serunt monté, ceschun son fenestrel ;
« Sor le plus aut avra dos mangonel,
« Ja les peirons ne semblerunt ausel ;
« Ne vos lairai un Paiens a crinel,
7210— Maistres », dit Çarles, « a chi soit lait ou bel,
« Nostre aventure proveruns da novel. »

CCCVII[1]

Au matinet, si cum le roi devise,
Fu començé dou castel la maistrise ;
Li mangoner ceschun mout s’en avise ;
7215Quant l’ont compliç, biaus fu a strange guise.
Sor le plus aut, la o plus fiert la bise,

    — 7191 Entre ce vers et le suivant se trouve une miniature. Le scribe a dû passer plusieurs vers où l’auteur montrait Charlemagne appelant son maître des œuvres — 7192 De mangenaus — 7194 Ecor — 7198 de bot — 7199 ieuroit — 7201 cirenir — 7204 roes répété

  1. — 7214 sen anse — 7216 aut leu o plus en f.