Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/403

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« N’a home en l’ost, se au roi forfesist
« En tel mainere, e le roi me disist,
7105« Se je pooie, che je ne l’onciis.
« Mal fist mon sire quant il bien ne m’aprist,
« Car tot celor che pont deshobeïst
« A tort son sire, Deable ert ses minist. »

CCCIII[1]

Sor ces paroles dist le roi sun coraje :
7110« Bel sire Naimes, home chi fait oltraje
« A son signor en autreteil viaje
« Cun est cestui, chi por celestre homaje
« Somes venus e por nos heritaje,
136 a« S’on le merite, est ce droit o folaje ?
7115— Sir », dit le duch, « se Diés, nos avoage
« Deüs paier ceschuns quant il araje
« Tot mantenant en cil meesme estaje,
« Grant mercié fust de tere e de boscaje :
« La mandre part fust de li Adan linaje.
7120« Sor li sers doit avoir un avantaje
« Le grant baron chi ame signoraje :
« Plus rich doit estre e plus fort e plus saje.
« Se son baron, plen de aut vasalaje,
« Feit un defaut en trestoit sun aaje,
7125« Nel doit tantost destruir par un folaje,
« Mai segunt l’euvre li doit estre salvaje.
« Je nel di mie por metre mal usaje,
« Mai le venjance soit cum le cor vo imaje.

CCCIV[2]

— Droit inperer », dit Rolant au vis fer,

  1. — 7112 hemaje — 7114 Se len le m. — 7126 li droit.
  2. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées CCCIV