Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/400

Cette page a été validée par deux contributeurs.

E dist irieemant : « Por Deu, le roi de sor,
7020« Proier vos voil tratot, les grant e li menor,
« Che de cil moi venjés, ne vos pragne tendror,
« Car je plu lour aheit che la jent l’Aumansor.
— Par Deu, sire », dit Naimes, « ci oit mauvés labor ;
« Une si grant folie ne feïstes anchor,
7025« Quant si leiseç oncir de vos jent le milor.
« Mon queisin est Erber, neç somes de seror,
« E quant ne mel disistes, mout m’en tein a peior.
« Bien mostre Salemon ch’el nen i oit gaire amor ;
134 a« Repantir se poroit bien tost de son furor. »

CCXCIX[1]

7030De ces paroles l’enperer mout s’aïre ;
Tant ama Naimes nel volt pais contradire.
Le duch s’en part e cil de son enpire
Por les fuians aider e sostenire ;
Herbert encontre, plus paile che la cire.
7035Quant cil voit Naime, merci le vait querire :
« Sire », feit il, « Saracin nos ampire,
« E sunt bien tant nel sai conter ne dire.
« Secoreç nos, par Deus li nostre sire.
— Culvert », dit Naimes, « tu nos ferais morire.
7040« Por quoi voleç vostre signor gerpire ?
« Cil chi vos chacent ne sunt pas jent Marsire,
« Mai de Bertagne, chi vos ala tolire
« Le mal viage che voloies colire.
« Alés tantost au roi merci querire :
7045« Tuit nuç, sens armes, aleç a lui ofrire,
« E je irai ces Bertons recevire.
« Tuit estes digne d’apandre o de buslire. »

    7021 parge tendor — 7022 lour aheit — 7023 manues

  1. — 7037 cotrer.