Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/394

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

— Volunter, sire ; plu a nul nel diroie. »
Nostre emperere por Salemon envoie,
Por dan Richart e por Jufroi d’Ançoie,
Si lor comande che ceschun armeç soie,
6855Cun tote gent au besoin li convoie :
« A sei, a dis alez la droite voie ;
« Asenblez vos en la vals de Bonoie,
130 b« Poi cevalcés au bois de Landebloie ;
« Feites li ster vostre jent en recoie.
6860« Portés viande e vin, che ceschuns boie ;
« Mais le vïer vos soit deport e joie,
« Car roi Marsile, che nostre loi gueroie,
« Une partie de Paiens de Valroie
« Mande en Navaire por acuilir la proie.
6865« Vos savés bien omei che je voldroie :
« Se moi venjés, mout joiant en seroie.
« Il sunt sei mille, ne vos en mantiroie ;
« Bien say le nombre de tot cele jent croie. »
Salamon dist : « Bel sir, por la foi moie,
6870« Bien conoseç che le repois m’enoie ;
« Ancor so jé celui che je soloie.
« Se Damedeus le consant et otroie
« Che tot ma jent aprés de cil veoie,
« Bien ert oniç chi grant colp non emploie.
6875« Nos paierons Païn de tiel monoie
« De cil guaain lor sir, cum je creroie,
« Ne li’n quiroit vailant une coroie.

CCXCII[1]

— Alés, » dit Çarles, « e feites ce che di.
« Si bellemant vos en irois de ci
6880« Nul s’en percoie, por amor vos en pri.

    — 6852 N. empere — 6855 hau — 6861 depor — 6864 en manque — 6865 che de uoldroie — 6867 manderoie — 6868 de cela ient c.

  1. — 6878 Les.