Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/393

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

6825« A porter ce che coupent ses Franzois.
« Mai, par saint Per, il oit treit a falois.
« Alons estorser es mailes nos ernois,
« Si s’en irons ver nos païs tot drois
« A çeste nuit, quant dormiront, secrois.
6830« Jesus confunde, li Pere gloriois,
« Chi serviroit dan Çarles d’un Tornois. »

CCXC[1]

Sor cist afaire Thiois s’acorderent :
Vunt lor hernois atorner belement.
Ceschun barons feit comander sa jent
6835Por obeïr le roi comandament ;
Mais li Polain ne li faront nïent,
Anç penserunt deu lor sir traïment,
Ch’il s’en irunt, et unt feit sagrament
De non servir le roi a son vivent.
6840Honiç est Carles, se il garde n’en prent.
Mai Deus de gloire, chi l’oit aidé sovent,
130 aLes aidera a cist engonbrement,
Car un Thiois dou fol acordement
Fu repantis de son enpensement ;
6845Voit ch’il ne poit destorber autrement,
A l’emperer s’en vait isnelement,
Fist le a savoir comant cist ovre apant,
Dunt l’enperer s’en mervoile forment.

CCXCI[2]

De ces novelles nostre roi mult s’esfroie.
6850« Amis », feit il, « ton dir remaine coie.

    — 6829 dormirent — 6830 li per g.

  1. — 6841 oit manque — 6845 aucrement — 6848 D. lenper.
  2. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées CCXCI