Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/392

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CCLXXXVIII[1]

« Aprés direç », dit li roi Çarlemagne,
6800« As Heurupois, cele noble compagne,
« Ch’il nos soient aidant a ceste ovragne.
« Pitoi, Ançoi, Normant e de Bertagne
« Port la vitaile a mont et a la plagne :
« Chi meus labore, plu de garisons pragne.
6805« E l’autre jent aprés moi ci remagne,
« Tant che li terme de lor enchanje vaigne.
— Sir enperer », dit Name de Lemagne,
« Ne cro je pas che nul hom vos repragne.
— Voir », dit Hestous, « n’a duch si le ensagne. »
6810Li roi si rit, ses duc e ses chatagne.

CCLXXXIX[2]

Quant cist afaire oit devisé le rois,
Rolant apelle : « Bel niés, or me ferois
« Tot ce banir quant de ci partirois.
— Volenter, sire, ne vos en doterois. »
6815Le consil part, che ne fu pas secrois,
Anç fu crïeç e baniç demanois
Cil che devront demain trencer li bois ;
129 bRibaus, serjant, tavernier e borçois
Ferunt les foses, ja n’i avrunt repois.
6820Ne li fu gent che lor clamast sordois,
For solemant les montanier Tiois
Chi vunt par l’ost disant a dos e a trois :
« Cist roi entant de fraper nos le dois ?
« Chi nos comande, por feir de nos gabois,

  1. — 6801 Cil n. s. ardant — 6802 Picoi ; peut-être faut-il lire : Pitoïn, Arçoïn, ce qui donnerait un vers de douze syllabes — 6805 ci manque — 6808 nulle h. v. pragne — 6809 ua
  2. — 6822 e a crois.