Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/391

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Por l’ost me feites crïer, bel cier amis,
« Deman soient tretot a labor mis
« Serjant, garçons, li grant e li petis :
« Se bien ferunt, tres bien serunt meris.
6775« E si me feites les François de Paris,
« De Meus, de Cartres, de tretot le païs
« Demain entrer en cil grant bois espis
« E decoper cil grant aubres folis
« Dunt nos feirons e belfroy e palis.

CCLXXXVI[1]

6780« Quant il avront copé les grant arbor,
« Une partie des Alemans de sor
« (Che nel tienent a mal ne a desonor,
« Mais tote voie furent bon servior),
« Cestor serunt des aubres condutor,
6785« Car il sont grant e ne dotent labor,
129 a« Mais de travail vivent e de suor ;
« Decique a l’ost serunt mi portaor :
« Ne lor en faut merit e grant honor.

CCLXXXVII[2]

« Quant cil seront de lor fais descharjé,
6790« Feites Flamans che soient apresté ;
« Aprés soient les Frixons amené
« As larjes cors, lung e desmisuré :
« Cist nos avront les palons tost ficé.
« Ne Borgognons ne volt estre oblïé :
6795« Cil serunt senpre fervestuç e munté
« E garderunt mes host ver la cité
« Tretot li jorn, tant ch’il ert oscuré ;
« La nuit serunt por les Braibant chanjé.

  1. — 6780 Q. il aurent — 6782 tient, desnor.
  2. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées CCLXXXVII