Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/390

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Nos ne savons comant il volt herer ;
« Il poroit bien si de bot ariver
« E nostre jent a tiel guise trover
6745« Che dur seroit la perde a restaurer :
« Cil chi fusent a Noble asiger
« Ne porunt breu nostre host visiter.
« Por ce, beu sire, s’il vos convient mander
« Un host a Noble, por cist aseürer
6750« Feites, dan roy, e banir et crider
« Che l’endemain, senç pont de demorer,
« Serjant, garçons, valet et escüer
« E tot celor che n’unt d’armes mester
« Feron nos tendes tot ensemble ajostrer
6755« E tot entor les grans foses caver ;
« Par cil boschaje feirons mant lin coper
« E grant paliç et aut belfroi fermer,
« Vignes planter e la terre colter.
« Da che avromes feit forteces drecer,
6760« Pois poreç bien vostre jent envoier
« Par le païs gaster et esiler
128 b« E la vitaile condur et amener.
« En autre guise ne vos sai consiler
« Che miels se poise les Paians enpirer.
6765— En non Deu, sire », dit Naimes de Baiver,
« Nul ni poroit cist consil amender. »
Respondi Çarles : « Bien feit ad otroier.

CCLXXXV[1]

« Frans civaler », dit Çarles au fer vis,
« Da cist consoil mon voloir ne devis. »
6770Lor an apelle dan Gisle de Sant Lis :

    — 6748 s’ manque — 6752 Soient garcons ; cf. le vers 6673 — 6700 vostra — 6761 et siler — 6765 E non

  1. — 6769 Da cist 9suil — 6770 Rolant apelle.