Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/389

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Ne menti mie cil che li mist le non.
« Da l’une part voit li çamin Guascon,
6715« Da l’autre porte voit l’en en Aragon,
« Et enver Spagne garde l’autre façon ;
« La quarte voit ver la mer Ocianon.
« De voir vos di, se cele ne prendon,
« Longuement ci nos trop hosteierons,
6720« Car jor e nuit grant regard en avron.
« Mes une part de cist host manderon,
« Si soit asise Noble tot environ
« E le pais robé, c’a mervoile est bon.
« Se l’une e l’autre tot ensamble asiçon,
6725« L’une por l’autre n’avroit defension ;
« Aseç plu tost nos in delivreron.
« Or diviseç se ai dit bien o non. »
Atant s’asist e feni sa raison.

CCLXXXIV[1]

En son estant fu Ernaut le guerer,
6730128 aCil de Belande, chi ert uncle Oliver.
« Barons », feit il, « trop feroit a doter
« A feir cist ost l’un da l’autre eslonger.
« N’aveç oï por diç d’un spioner
« E por Estous, chi nos fist averer
6735« Che mout hoï les Paians menacer,
« E Maugeris e son fil Ysorer
« Distrent ensamble ch’avant un mois enter
« Ch’il nos vendront feiremant tastoner ?
« Dunc atendent secors e gros e fer.
6740« Le roi Marsile oit feit son ost crider,
« En plusor leu feit sa jent asembler ;

    — 6719 B exponctue ci — 6720 regarde

  1. — 6732 B lune — 6738 B trastoner.