Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/388

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Fu tiel novelle a Carles mantehue
6685127 aChe nostre jent furent mout irascue :
La gent de Noble dit l’en che sunt corue
E l’avantgarde de François combatue ;
De la vitaile les unt grant part tolue,
Dunt grant sofraite en oit puis l’ost eüe.
6690Le roi l’entant, de maltalant trasue ;
Sa baronie en sunt taisant e mue.
Mai por ce tant n’est nostre jent movue ;
A beus laisir ceschuns boit et mengüe.
Aprés mançer, quant fu l’eve rendue,
6695En une lande, sor l’erbete menue,
Le roi parole, a la barbe çanue.
« Signor », dit il, « vos avez entendue
« Ceste novelle chi nos est sorcorue.
« Je ne cuidoie cités fust remanue
6700« Derer a nos, quant je fi ma venue,
« Dunt m’avantgarde poüst estre venchue.
« En totes guises soit veie proveüe
« Cun il soit Noble e la gent confondue.
— Per ma foi, sire », dit Gui de Roche Agüe,
6705« Riche cité est Noble e fort e drue :
« Tant che l’avroit Maugeris en aiue,
« Ja Panpalune n’ert nul jor recreüe. »

CCLXXXIII[1]

Aprés parole Guarin de Montarchon,
127 bChi tient Valois, San Gorje e Balençon :
6710« Sir enperer, voir vos oit dit Guion ;
« Cités est Noble fort e de grant renon,
« Riche, pleneire et oit de jent fuison :

    — 6685 Cha — 6689 pius — 6705 Richa

  1. — 6708 paroles — 6712 B a fuison.