Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/384

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Ysorés s’an retorne e dit, a son guenchir :
« Salüeç moi Rolant, le piler de l’enpir,
6575« E dites bien as autres, s’il se savront scrimir,
« Grant mester lor avra avant le mois complir. »

CCLXXVIII[1]

Ysorés s’en retorne, eu duch Estous repaire ;
Li destrer moine en destre, cui rogist le visaire.
A l’ost ou il baloie l’ensagne au grant Cesaire
6580Ariva li baron, ma bien vos sai retraire
125 aCh’il n’oit baron en l’ost che honor amast guaire
Ne corust au desandre, enclinant de bon aire.
Li emperer l’acolle, che bien le devoit faire.
« Sire », ce dist Hestous, « par li cors sant Illaire,
6585« Gardés vos da Rolant, car li vostre contraire
« Li mandent lor salus, li prisant, le donaire.
« Gardés ci queil destrer : n’oit tiel jusqu’à Belchaire.
« A Rolant les envoie un de plu grant contraire
« Che aveç en Espaigne ni tant cum li sol sclaire :
6590« C’est li fil Malgeris, a l’orgulois visaire,
« Chi menace vos homes le plu fort a desfaire :
« Se pur Rolant l’afie dou brant chi tant soif faire,
« Voir dit des romainant ch’il ne les prise un aire. »

CCLXXIX[2]

Rolant oi les paroles de Hestou son cusin ;
6595Lor levait acoler sor l’aubers doplentin,
Pois le dit en riant devant le fil Pepin :
« Le roi m’en soit guarant e Naime au cor fin

  1. — 6579 sensagne — 6592 solt taire — 6593 les manque ; lire : ch’il nes prise une haire ?
  2. — 6594 son qisin — 6595 đplẽtin.