Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 1.djvu/383

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Ne croi che Galaté, che fu au fil Prian,
6545« Poüst ja milor estre par durer grant afan.
« Por ce le voil mander au baron soveran,
« Ce est le niés Carlon, vostre cusin jerman ;
« Pri vos che dou mener ne moi soiés vilan.
« Quereç por moi un don a le niés Çarleman :
6550« Ch’il m’afi en bataile de sa solete man
« E laist moi esaier as autres Cristian,
« Char n’est bon a mesler le or avec le ran. »
En riant dit Hestous : « Sire, por san Johan,
« Je dirai vestre bon au senetor Roman ;
6555« Por defaut de ben dir n’i perdrés demi pan. »

CCLXXVII[1]

124 bQuant il unt le ceval gardeç a bieus leisir,
Si le fist Isorés d’un dras a or covrir
De baselis covert, cum aveç oï dir,
As grant goles baees, cum deüsent glotir.
6560« Veez ci ma ensagne », dist Ysoreç, « beu sir ;
« Se Rolant me voldra en bataile servir,
« Conostre me poroit a cist si feit remir :
« N’a home en Paianie chi soit de teil aïr
« Che olsast ceste ensagne ni porter ni bailir
6565« For solemant mon per : lui ne la pos tolir.
« Da ceste hore en avant, par non Rolant falir,
« A ce ch’il sace meus a cui il deit noisir,
« Batre ferai les goles as serpant e partir. »
Adonch voit por la raine le bon ceval seisir.
6570Hestous et Ysorés vunt de la porte ensir ;
Li Païn le convoie, che mout l’en fu plaisir,
Tant che Estous le prie arere revenir.

    — 6547 B cuisin — 6551 mot & saier — 6552 aueç — 6555 Je dira

  1. — 6556 lausir — 6560 ysorec — 6564 cest — 6567 a tui — 6568 Bater — 6572 aterre r.